FGMM CFDT METALLURGIE


Recherche :
Métiers/Formation professionelle/Qualifications

Métiers - Qualifications

Au coeur de la sécurisation des parcours professionnels


Les nouvelles conditions du marché, les nouvelles technologies, l'élévation de la qualification moyenne des hommes et des femmes, sont déterminantes des profondes évolutions du travail et d'une complexification des tâches qui font appel au développement de certaines compétences, parfois nouvelles, organisées dans un cadre nouveau, beaucoup plus mouvant.
La qualification permet de valider les connaissances et les compétences.

TEMOIGNAGES DE MEMBRES DE JURY DE CQPM


Vous réfléchissez à votre orientation professionnelle ?
Sachez que plus de 100 000 certificats de qualification paritaire de la métallurgie (CQPM) délivrés ont permis à des salariés de la branche de valider des compétences. La CFDT métallurgie participe à ce succès, en créant paritairement ces certifications de branche et en faisant partie des jurys de délibération qui les attribuent.

Si vous êtes membre d’un jury, vous pouvez vous aussi témoigner, faites-nous parvenir votre témoignage éventuellement accompagné d’une photo ! À envoyer par mail à mines-metallurgie@fgmm.cfdt.fr

Jannick C. : « Je suis depuis peu membre d’un jury de CQPM. Nous avons de plus en plus de demandeurs d’emploi qui passent des CQPM notamment dans des secteurs dits « en tension » pour notre branche : soudeur, chaudronnier, … ce sont de vrais métiers, demandés dans de nombreux secteurs. Je constate de plus que leurs résultats sont bons, voire très bons. C’est donc un moyen très encourageant pour la réinsertion professionnelle. L’objectif de leur engagement qualifiant étant l’obtention d’un emploi durable, de qualité et les valorisant pour leur futur emploi. »

Bernard P. « Je suis aujourd’hui membre d’un jury CQPM. Je suis aussi un ancien bénéficiaire de ce dispositif. Mon engagement tout au long du processus me permet donc de pouvoir porter l’ensemble des problèmes que rencontrent les candidats dans la totalité du parcours, de les aider et de les préparer au passage de l’examen. La réussite du dispositif ne repose pas que sur les épaules des seuls candidats. C’est l’engagement de toute une équipe qui les mène au succès. »

Erol S. : « Les CQPM sont un très bon moyens de professionnaliser les salariés aux cœurs des métiers de l’entreprise, tout en leur donnant les moyens d’obtenir un diplôme dans des métiers recherchés, mais aussi pour leur permettre de réussir une mobilité à l’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise. Ce doit aussi être l’occasion de reconnaitre les salariés en termes de promotions et de rémunération. »

Michel M. : « J’ai en mémoire une scène lors d’un jury où était présentés entre autres deux candidats issus de la même entreprise que moi. Ils avaient obtenus une note éliminatoire, mais j’ai pu défendre leur dossier en soulignant les difficultés qu’ils avaient rencontrées sur la partie pratique, liées au terrain spécifique de notre entreprise. Ces candidats que j’évoque ont pu être « rattrapés », et ont obtenu leur CQPM. Être membre d’un jury CQPM, c’est aussi être militant, défendre l’engagement des salariés dans leur volonté de faire reconnaitre et valoriser leurs compétences mises au service de l’entreprise. »

Claude G. : « En qualité de membre assidu de jury de CQPM, je trouve toujours très enrichissants les débats autour de l’appréciation de la performance et l’engagement des candidats à la certification visée. Cela laisse souvent transparaitre leurs efforts continus dans ces formations qualifiantes. Cet engagement à leur côté permet d’aider certains candidats à obtenir leur CQPM, même s’ils ont une note éliminatoire dans une matière mineure, mais dont le reste du parcours est exemplaire notamment sur les matières importantes. C’est aussi cela être acteur de la sécurisation des parcours professionnels des salariés.»

Jean-Paul P. : « Les CQPM sont aussi un outil d’action syndicale efficace, au sein même des entreprises parce qu’ils donnent cette possibilité de qualifications de la branche aux salariés. Ils leur permettent d’avancer dans leur parcours professionnel, mais aussi de sécuriser leur carrière par l’acquisition d’un diplôme pour les salariés non diplômés, soit en acquérant la preuve d’une spécialisation professionnelle pour d’autres. Ils sont enfin de vrais outils mis à la disposition des partenaires sociaux pour faire monter en compétences les salariés des entreprises de la branche.»

Le code du travail reconnaît à tout salarié un droit à la qualification


"Tout travailleur engagé dans la vie active ou toute personne qui s'y engage a droit à la qualification professionnelle et doit pouvoir suivre, à son initiative, une formation lui permettant, quel que soit son statut, d'acquérir une qualification correspondant aux besoins de l'économie prévisibles à court ou moyen terme :
- soit enregistrée dans le répertoire national des certifications professionnelles
- soit reconnue dans les classifications d'une convention collective nationale de branche
- soit figurant sur une liste établie par la commission paritaire nationale de l'emploi d'une branche professionnelle" (article L900-3)
La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 permet d'acquérir cette qualification par la validation des acquis de l'expérience (VAE). La certification obtenue par la VAE a la même valeur que si elle avait été obtenue par la voie de la formation «La validation des acquis produit les mêmes effets que les autres modes de contrôle des connaissances et aptitudes». (article L335-5 du code de l’éducation).


Dans la suite de la création des contrats d'insertion en alternance, les Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) ont été mis en place à partir de 1987 afin de favoriser l’accès à la qualification et à l’emploi des jeunes.

Des CQP ont été créés dans trois des branches du champ de la FGMM


Les certificats de Qualification Paritaire de la Métallurgie (CQPM) Créés par l'accord national métallurgie sur l'emploi de juin 1987, un nouvel accord de branche a permis en 1992 qu’ils soient également préparés par des salariés dans le cadre de la formation professionnelle continue. Ils peuvent donc être préparés dans le cadre des contrats de qualification (ou des contrats de professionnalisation) pour les jeunes et dans le cadre du plan de formation ou du Congé Individuel de Formation pour les salariés.

Ces qualifications sont validées paritairement par la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi de la Métallurgie. La réussite aux épreuves associées, devant un jury paritaire, permet la délivrance d’un Certificat reconnu nationalement dans les entreprises du champ conventionnel de la Métallurgie.

A chaque CQPM est associé un classement (de A à D) qui correspond à un seuil minimal d’accueil dans la grille de classification (A = coefficient 170, B = coefficient 215, C = coefficient 255, C * = coefficient 285, D = Ingénieur). Ce niveau minimal dans la grille doit être également attribué à un salarié qui obtient un CQPM par la formation continue dès lors qu’il occupe un poste correspondant à sa nouvelle qualification.

Trois CQPM sont inscrits au Répertoire National de la Qualification Professionnelle, ce qui permet leur délivrance à des salariés d'autres branches ou à des demandeurs d'emploi les préparant dans le cadre de conventions avec les régions. Un accord a été conclu en décembre 2001 entre les CPNE de la Métallurgie et du Travail temporaire pour permettre d’attribuer les CQPM à des jeunes ou des salariés en contrat de travail avec une entreprise d’intérim pour des missions dans des entreprises de la métallurgie.

228 CQPM ont déjà été créés dont 198 sont actifs.

Les CQP des Services de l'automobile


9 CQP ont été crés dans cette branche avec reconnaissance de seuils d'accueil dans la grille de classifications.

Les CQP de la branche la réparation du machinisme agricole et de travaux publics


111 CQP ont été créés dans cette branche avec reconnaissance de seuils d'accueil dans la grille de classifications.

  • PLAN DU SITE

  • FGMM-CFDT
    49 avenue Simon Bolivar
    75950 Paris cedex 19
    Tél : 01 56 41 50 70
    Fax : 01 56 41 50 96
    mines-metallurgie@fgmm.cfdt.fr